READING

Etre une femme noire en France: Trouver sa voix

Etre une femme noire en France: Trouver sa voix

Au début du mois de Janvier j’ai assisté en avant première à la projection du documentaire réalisé par Amandine GAYE intitulé Ouvrir la Voix. Ce documentaire, j’avais une énorme envie de le voir. Amandine GAYE c’est cette voix que j’ai découvert il y a bientôt deux ans au détour d’un tweet et à travers une série de vidéos qui marquait pour moi un tournant dans une prise de conscience entamé il y a bien des années. Elle évoquait des concepts qui ont fait écho et qui ont attisé cette petite flamme qui brûle au fond de moi.

Entendre cette voix c’était pouvoir enfin mettre des mots sur des sentiments et des émotions que je ressens au quotidien. Me sentir moins seule dans ma conviction qu’il reste malheureusement bien du chemin à faire en France sur la question du racisme. Prendre toute la mesure de ce que représente le fait d’être racisé(e)s dans le « pays des droits de l’homme ». Mais surtout donner un nouveau sens à mon existence en tant que femme noire française.

Je sais bien que ces mots ne parviendront pas à retranscrire ce sentiment étrange entre le vertige, la stupeur et l’incrédulité. Ce sentiment  qui vous pousse à vivre 80% du temps  un peu hors de votre corps pour ne pas que les « remarques », « petites blagues », autres « traits d’humour » ou les discours bien nauséabonds, ne se transforment en de plaies béantes et sanguinolentes.

Ce sentiment, nous sommes des millions à le vivre chaque jour, pas vraiment conscient de ce qu’il était peut-être, personne n’en parlait il y a encore quelques années à ma connaissance. Ce sentiment, il nous colle à la peau et se nourrit de celle ci. Ce sentiment, il étouffe petit à petit nous fait suffoquer et nous fait perdre notre voix.

© Ouvrir La Voix / Amandine Gaye

Cette voix je l’ai de nouveau entendu dans le témoignage des femmes noires interviewées dans le documentaire d’Amandine GAYE. Deux heures durant, du plus près de leur être, elles énumèrent les insultes, l’humiliation, les discriminations et les blessures… de la tendre enfance à l’age adulte. N’ayant pourtant vécu que certaines de ces situations, chacune résonne en moi comme un souvenir inscrit dans ma chaire.

Du coup j’ai pleuré pendant quasiment 2h, pas de tristesse non.. mais parce que j’ai eu l’impression d’avoir retrouvé ma voix pendant ce court moment. Cette voix, c’est la mienne, c’est celle de ces femmes et des millions d’autres qui continuent d’avancer envers et contre tout. Car ce film présente surtout le parcours de ces femmes et de tant d’autres, il met en lumière des personnalités riches et diverses, des expériences uniques pleines de force et d’intelligence.

Loin d’être défaitiste ou démoralisant, le documentaire d’Amandine GAYE porte bien son nom. Il a su attisé en moi et en d’autres une nouvelle flamme pour ouvrir une nouvelle voie.


RELATED POST

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

INSTAGRAM
RETROUVEZ-MOI SUR